Bénéfices

Les bénéfices de la Pleine Conscience

Grâce à Christophe André, psychiatre à l’ Hôpital Sainte-Anne, Paris, nous trouvons des  éléments de réflexion pour comprendre l’efficacité de la méditation de pleine conscience (Cf. Cerveau &Psycho – n°41 – Septembre-octobre 2010)  :
-De nombreuses études scientifiques ont été réalisées. Elles établissent son effet bénéfique sur différents troubles médicaux ou psychiatriques tels que le stress, la cardiologie, les douleurs chroniques, la dermatologie, les troubles respiratoires.
-Le programme associant thérapie cognitive et méditation, ou MBCT,  a montré son efficacité dans le cadre de la prévention des rechutes chez les patients dépressifs. La pleine conscience représente un grand intérêt « en tant qu’outil adjuvant aux différentes prises en charge, médicamenteuses ou psychothérapeutiques ».
-On connaissait de façon empirique, depuis longtemps, la
résistance à la douleur de la méditation Zen. Le neuro-scientifique Joshua Grant, de Montréal,  a démontré que cela pouvait être lié à des modifications de l’anatomie cérébrale, avec le phénomène de neuroplasticité.
-Une étude du psychologue canadien Michael Speca à l’Université de Calgary, portant sur des patients cancéreux, a révélé des améliorations mesurables et significatives de l’humeur et de divers symptômes liés au stress, ainsi qu’une réduction de la sensation de fatigue. -Une autre, conduite par Natalia Morone à Pittsburgh auprès de personnes souffrant de lombalgies chroniques, atteste une amélioration de la tolérance à la douleur et de l’activité physique (l’immobilisation des patients aggrave les lombalgies).
Méditer protégerait contre les infections.  Cela viendrait du fait que « la méditation augmente l’activité du cortex préfrontal gauche, et qu’il existe un lien, maintes fois constaté, entre les émotions positives et les réactions immunitaires ».
-Les patients traités aux ultraviolets pour un
psoriasis qui suivent « simultanément des séances de réduction du stress par la pleine conscience, voient leurs lésions s’améliorer plus rapidement ».
-Pour finir, le psychologue Claude Berghmans observe chez les les sujets « naturellement enclins à la pleine conscience une moindre réactivité de l’amygdale cérébrale droite, souvent associée aux émotions désagréables » et présente une activité anormale dans les états anxieux et dépressifs. –
Ainsi, la pleine conscience semble associée à une moindre tendance à se focaliser sur soi-même, ainsi qu’à une meilleure stabilité émotionnelle.